La Route des Pow-Wow 2017

Vivre un Pow-Wow, c’est participer à une fête ouverte à tous qui met à l’honneur la musique, la danse, les régalia (habits traditionnels),  les plats typiques et l’artisanat des Autochtones. À l’origine, nous nous réunissions pour profiter de ce moment privilégié pour régler des conflits, nouer de nouvelles alliances et faire du commerce. La famille et la religion occupaient également une place centrale dans le Pow-Wow des premiers temps.

Cette fête, aujourd’hui célébrée partout au Canada pendant les fins de semaine de l’été, se présente sous deux formes: l’une traditionnelle, l’autre de compétition. À l’occasion des Pow-Wow de compétition, des prix sont ­décernés aux danseurs et aux ­musiciens. Dans sa forme traditionnelle, le Pow-Wow met l’accent sur les traditions et sur la spiritualité. S’il existe des éléments communs aux différentes communautés, certaines d’entre elles proposent des danses ou des chants qui leur sont propres, comme la danse de la fumée des Iroquois ou la danse du poulet des Prairies des nations des Prairies canadiennes. Il existe, par ailleurs, différentes catégories de danses, selon le style et l’âge des participants: des danses d’hommes (danses traditionnelles, danses des herbes sacrées, danse libre), des danses de femmes (danses traditionnelles de la robe à franges, du châle d’apparat, des régalia) et des danses mixtes (danse des cerceaux).

Les Pow-Wow sont devenus de véritables festivals ouverts à tous. Les danses internations constituent un moment de rencontre auquel tout le monde est invité à participer. Le Pow-Wow demeure un moment important pour les Autochtones; il leur permet de perpétuer leurs traditions et leur culture, et de réaffirmer avec fierté leur origine.

Les RÉGALIA

Lors de cérémonies officielles et religieuses, d’évènements culturels comme des Pow-Wow ou de rencontres sociales, les membres des Premières Nations portent des signes propres à leur culture : médaillons perlés, plumes sur les chapeaux décorés de motifs traditionnels, vêtements brodés et perlés en peau, colliers et bracelets en os ou ornés de griffes d’ours, mocassins, etc. Ces référents culturels sont des marqueurs de l’identité autochtone.

Le vêtement communique l’identité individuelle et collective depuis des millénaires. Pour les Premières Nations, le vêtement était le support de la culture, des traditions, des croyances, du statut, de l’âge, du sexe de l’individu.

Lors des Pow-wow, les habits d’apparat des danseurs sont, de loin, les manifestations les plus spectaculaires et les plus connues de l’identité autochtone. Le terme régalia est utilisé pour signifier le caractère cérémonial du vêtement et des accessoires. La régalia est le symbole de son appartenance aux Premières Nations, de son identité, de sa spiritualité, de ses croyances et des traditions spirituelles de sa nation. En ce sens, la régalia a un caractère sacré. Son acquisition ou sa confection, sa manipulation, son port sont soumis à certaines règles propres à chacune des nations d’ici et d’ailleurs.

Le pow-wow tire son nom de l’algonquin « leader spirituel ».